Eucharistie : 9 février 2020

Fais en morceaux ton pain… et tu seras lumière

______________________________________________________________________________________________

Eucharistie : 9 février 2020, 5ème dimanche du Temps Ordinaire — Année A

Première lecture
La première lecture de ce matin est une page d’un prophète sans nom, une page qu’on a conservée dans le livre d’Isaïe.
Après l’exil à Babylone, le peuple imagine que Dieu exige des pratiques rituelles et des jeûnes . Mais Dieu n’a pas besoin de ça. Dieu – à travers le prophète – nous demande de prendre soin des personnes marginalisées, celles qui ont faim, celles qui sont sans abri, celles qui sont accusées injustement et écrasées par la corruption et le pouvoir dominant. Oui, Dieu nous demande d’ouvrir nos yeux sur ces personnes. En effet, nous dit le prophète, elles sont « ta chair » (v. 7), faiblesse comme toi.
Et si tu prends soin de ces personnes, « si tu offres ta vie à l’affamé, et si tu rassasies la vie de l’indigent » (v. 10), le Seigneur rassasiera ta vie. « Il rassasiera ta vie même dans des lieux arides » (v. 11) et dans ta détresse ; et « ta blessure ne tardera pas à se cicatriser » (v. 8).
La présence du Seigneur auprès de toi sera comme celle qui a accompagné le peuple à la sortie de l’esclavage. Il y aura un nouvel exode, un cortège ouvert par « ta justice », un cortège auquel Dieu lui-même participera : il « fermera la marche derrière toi » (v. 8).
Quant à toi, tu deviendras lumière : « ta lumière jaillira comme l’aurore » (v. 8), « ta lumière se lèvera sur les ténèbres » (v. 10). Et ta lumière, ton engagement pour la justice, donnera du courage aussi aux autres. En poursuivant son poème, le prophète dira : « Grâce à toi, on rebâtira les dévastations du passé » (v. 12) et tout ce que la guerre et la violence ont détruit, à Jérusalem comme ici chez nous.

Du livre du prophète Isaïe (58,7-10)
Ainsi parle le Seigneur :
7 (Le jeûne que j’aime) c’est faire en morceaux ton pain pour celui qui a faim,
et faire venir à ta maison les pauvres sans foyer,
habiller celui que tu verras sans vêtements,
et ne pas te détourner de celui qui est ta chair, ton frère.


8 Alors ta lumière jaillira comme l’aurore,
et ta blessure ne tardera pas à se cicatriser.
Ta justice marchera devant toi
et la gloire de Yhwh fermera la marche derrière toi.
9 Alors tu appelleras et Yhwh répondra,
tu crieras au secours et il dira : « Me voici ! ».
Si tu fais disparaître de ton pays
le joug (qui pèse sur les autres),
les gestes de menace et les paroles blessantes,
10 si tu offres ta vie à l’affamé, et si tu rassasies la vie de l’indigent,
alors ta lumière se lèvera sur les ténèbres,
et ton obscurité sera comme le midi.

Psaume
Le psaume 112 est un psaume ‘alphabétique’. En effet, la première ligne commence avec la première lettre de l’alphabet, la deuxième ligne avec la deuxième lettre, et ainsi jusqu’à la fin du poème et de l’alphabet. Pourquoi cette structure ? Le motif est simple : le poète a besoin de tout l’alphabet pour nous montrer que le monde, tel qu’il est, peut être transformé par ceux et celles qui s’engagent pour la justice et la solidarité avec les marginaux.
La structure du psaume est claire : nous avons quatre strophes. La première et la quatrième se correspondent. La première (vv. 1-3) nous présente l’avenir de celui qui respecte Dieu : celui qui prend plaisir à vivre les commandements de Dieu s’engage pour une justice qui subsistera pour toujours. La quatrième strophe (v. 10) nous met devant les yeux l’avenir qui attend le méchant. Ses désirs ne mènent à rien : en effet, « les désirs des méchants disparaîtront en fumée ».
Ces deux strophes, nous ne les lirons pas ce matin. Nous allons nous arrêter sur les deux strophes centrales.
Une strophe (vv. 4-6) nous donne le portrait de celui qui respecte Dieu: il est l’image vivante de Dieu à l’intérieur de son quartier. En effet, il est plein de pitié et miséricordieux (v. 4) : deux mots que la Bible hébraïque utilise toujours pour parler de Dieu ; mais seulement ici ce deux mots hébreux sont appliqués à un homme, le juste. La strophe souligne aussi qu’est-ce

que piété et miséricorde : c’est ouverture aux pauvres, en leur faisant des prêts sans intérêt. En temps de crise et quand tout est obscur, celui qui agit ainsi « est une lumière », un signe d’espoir pour les gens droits.
L’autre strophe (vv. 7-9) souligne la solidité et la constance du juste. Son cœur, c’est-à-dire son regard sur la vie et ses décisions, « son cœur est ferme, solide est son cœur » (vv. 7-8). Sa générosité et son ouverture aux pauvres sont constantes. Et même dans un milieu hostile, il garde sa sérénité, une sérénité qui a ses racines dans le Seigneur : en effet, « sa confiance est dans Yhwh ».
Ce psaume n’est pas une prière adressée à Dieu ; c’est une page qui nous apprend à vivre et qui nous demande de nous comporter un peu comme Dieu. En effet, celle ou celui qui veut être fidèle à Dieu, « il est plein de pitié, il est miséricordieux et juste » (v. 4). Et, dans les quartiers dominés par l’injustice et les ténèbres, il devient un signe d’espoir. Voilà donc notre refrain à la fin de chaque strophe :

Quand tout est obscur, le juste nous encourage,
il est une lumière qui se lève pour les gens droits

Psaume 112 (vv. 4-6 et 7-9)
4 Quand tout est obscur, (l’homme qui respecte Yhwh)
est une lumière qui se lève pour les gens droits :
il est plein de pitié, il est miséricordieux et juste.
5 Bon est l’homme plein de pitié et qui prête sans intérêt,
qui règle ses affaires selon le droit !
6 Il ne vacillera pas, pour toujours,
il restera toujours dans la mémoire, le juste.
Refr. : Quand tout est obscur, le juste nous encourage,
il est une lumière qui se lève pour les gens droits.;

7 D’une mauvaise nouvelle il n’a pas peur,
son cœur est ferme, sa confiance est dans Yhwh.
8 Solide est son cœur,
il n’a pas de crainte quand il regarde ses adversaires.
9 Il est généreux, il donne aux pauvres,

sa justice subsiste à jamais,
son front se lève avec fierté.
Refr. : Quand tout est obscur, le juste nous encourage,
il est une lumière qui se lève pour les gens droits.

 

> testo integrale (pdf)
> Formazione biblica