Eucharistie, 29 novembre 2015

Attendre ta venue et nous engager dans l’amour

 

Eucharistie: 29 novembre 2015

 

Première lecture

Dans un instant, nous allons lire trois versets du livre de Jérémie, seulement trois versets mais d’une richesse et d’une actualité extraordinaires.

Ce petit texte du prophète a vu le jour pendant les années 587-586, lorsque la ville de Jérusalem était assiégée par les Babyloniens qui vont la détruire quelque mois plus tard. Dans cette situation tragique, Jérémie ose annoncer que Dieu va intervenir. Dieu va accomplir « la parole, la bonne parole » qu’il avait dite à la communauté d’Israël et à la communauté de Juda.

La parole que Dieu va accomplir apparaît comme une merveille, une surprise[1] : c’est comme une vie nouvelle après la saison sèche. Voila pourquoi le texte utilise le verbe ‘germer’ et le mot ‘germe’. En effet, Dieu fera « germer pour David un germe de justice » (v. 15). Il ne s’agit pas seulement d’un descendant de David qui va germer. Ce descendant va s’engager pour toute la communauté, pour tout le pays. C’est ainsi que, grâce à son travail, grâce à son engagement pour le droit, il y aura « la justice dans le pays » (v. 15) « et Jérusalem demeurera en sécurité » (v. 16). Encore plus surprenante est la finale de notre texte. Jérusalem recevra un nom nouveau, elle sera appelée « Yhwh, c’est lui notre justice ». La population de Jérusalem, au cœur du pays, deviendra un témoignage vivant de l’intervention de Dieu, de Dieu qui est fidèle et cohérent par rapport à sa promesse[2].

Voilà l’avenir pour Jérusalem. Voilà quel doit être aussi l’avenir de notre communauté : nous devons être un témoignage vivant de la justice de Dieu, de la vie nouvelle que Dieu va faire germer.

 

Du livre de Jérémie (33,14-16)

14 Voici : des jours viennent – déclaration de Yhwh – et j’accomplirai la parole, la bonne parole, que j’ai dite à la communauté d’Israël et à la communauté de Juda.

15 En ces jours-là, en ce temps-là, je ferai germer pour David un germe de justice et il pratiquera le droit et la justice dans le pays.

16 En ces jours-là Juda sera sauvée et Jérusalem demeurera en sécurité. Et voici comment la ville sera appelée : « Yhwh, c’est lui notre justice ».

Psaume

Du psaume 25, aujourd’hui nous allons lire trois strophes.

* Dans la première (vv. 4-7), le poète demande à Dieu de lui indiquer le bon chemin à suivre et de l’accompagner sur ce chemin. Cela est indispensable pour le poète. En effet, depuis sa jeunesse, le poète a vécu des errements, il s’est révolté contre Dieu. Mais, maintenant, en demandant le pardon, il met sa confiance dans les tendresses et dans l’amour qui sont les caractéristiques fondamentales de Yahvéh.

* La deuxième strophe (vv. 8-11) présente Dieu comme celui qui guide les errants et ceux qui sont « humbles », ceux qui sont « doux » d’après l’ancienne traduction grecque. Il s’agit des personnes conscientes de leurs limites et qui ne s’imposent pas sur les autres, des personnes qui s’engagent pour vivre la fidélité à l’alliance. Et les sentiers sur lesquels Yahvéh guide ces personnes, « tous les sentiers de Yahvéh sont amour et vérité ».

* La troisième strophe (vv. 12-15) nous donne le portrait idéal de l’homme : il respecte profondément Dieu et Dieu l’accueille dans son intimité. En effet, Dieu lui confie ses secrets et son alliance. Il lui donne des nuits heureuses, il le fait sortir de sa situation pénible, littéralement « hors du piège ». […]

> testo integrale (pdf)

> Lectures pure l’Afrique … et toute la Terre