Eucharistie : 29 septembre 2019

La richesse ne dure pas

______________________________________________________________________________________________

Eucharistie : 29 septembre 2019, 26ème dimanche du Temps Ordinaire — Année C

Première lecture
Comme il y a une semaine, la liturgie de ce matin revient sur le prophète Amos. Vers l’an 760, ce prophète prend la parole pour dénoncer le comportement des puissants et des riches. En effet, il s’adresse « à ceux qui vivent bien tranquilles sur la montagne de Jérusalem, à ceux qui se croient en sécurité sur la montagne de Samarie, à ces grands de la première des nations » (6,1) . En interprétant mal le fait que Dieu a choisi Israël , ces riches pensent qu’Israël est la première des nations et eux, les riches, sont les grands de la première des nations. Par conséquent, ils profitent des pauvres pour s’enrichir. Ils imposent un régime de violence (6,3). Ils ont une vie dorée : les meubles de leurs maisons, leur nourriture, leurs boissons, les soins à leurs corps, leurs fêtes : tout est de première qualité. Et ce luxe, cette richesse enivrante leur ferme les yeux et le cœur : « ils n’éprouvent aucune souffrance pour la ruine qui menace les tribus de Joseph » (v. 6), donc tout le Royaume du nord . Mais cette ruine va tomber sur les petits gens, et aussi sur les grands.
« C’est pourquoi », dit Amos au verset 7, « ils vont être exilés ». Et ces grands, ces grands qui « se font des onctions avec les premières huiles », seront « les premiers parmi les exilés ». C’est ainsi que « disparaîtra la confrérie des étendus sur les divans » (v. 7).
Ecoutons cette page dans laquelle le prophète dénonce la fausse assurance des puissants, une fausse assurance qui les aveugle et précipite la catastrophe.

Du livre du prophète Amos (6,1a et 4-7)
Ainsi parle le Seigneur de l’univers :
1a Malheureux ceux qui vivent bien tranquilles dans Sion,
et ceux qui se croient en sécurité sur la montagne de Samarie.
4 Ils sont couchés sur des lits décorés d’ivoire,
ils sont étendus sur leurs divans,
ils mangent les meilleurs agneaux du troupeau
et les veaux les plus tendres de l’étable.

5 Ils s’agitent au son de la harpe,
comme David, ils s’inventent des instruments de musique.
6 Ils boivent du vin dans des coupes,
ils se font des onctions avec les premières huiles,
mais ils n’éprouvent aucune souffrance pour la ruine qui menace les tribus de Joseph.
7 C’est pourquoi, maintenant, ils vont être exilés,
et les premiers parmi les exilés !
Et disparaîtra la confrérie des étendus sur les divans.

Psaume
Le psaume 146 a été composé, très probablement, au deuxième siècle avant Jésus Christ . Il s’agit d’une période dans laquelle, au Proche Orient, des souverains s’imposent comme des divinités. Notre poème conteste ces abus et affirme que le seul souverain est Yhwh : c’est lui seul le roi (v. 10). Et son règne ne veut pas transformer les hommes en esclaves. Au contraire, il fait sortir les hommes de l’obscurité de l’esclavage vers la lumière d’une vie en pleine liberté.
C’est ce qu’on lit dans la seconde partie du psaume (vv. 6-10) qui s’ouvre avec une béatitude et une invitation : « Heureux et en marche qui a le Dieu de Jacob à son aide ». Dans cette section, le poète mentionne les différentes actions de Dieu. Elles sont surtout en faveur des pauvres que le poète évoque avec neuf mots : opprimés, affamés, enchaînés, aveugles, courbés, justes, réfugiés, orphelin, veuve .
A la fin du psaume, le poète ajoute encore deux phrases : Dieu «rend tordu» le chemin des méchants, Dieu « règne pour toujours ». Dans sa façon de régner, le déséquilibre est énorme: Dieu rend tordu le chemin des méchants, tandis que pour les pauvres Dieu intervient avec neuf actions. Voilà comment le poète caractérise le comportement de Dieu dans l’histoire.
Devant la richesse de ces neuf actions de Dieu, la liturgie nous suggère de suivre l’indication que le poète donne au début du psaume (v. 1) :

Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur !
C’est avec ce refrain que nous pouvons réagir devant les actions que Dieu accomplit surtout en faveur des pauvres.

Psaume 146 (versets 6c-7. 8-9a. 9bc-10ab)
6c (Yhwh) garde sa fidélité pour toujours,
7 il fait justice en faveur des opprimés,
il donne du pain aux affamés,
Yhwh délie les enchaînés.
Refr. :             Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur !
 
8 Yhwh ouvre les yeux aux aveugles,
Yhwh redresse les courbés,
Yhwh aime les justes,
9a Yhwh protège les réfugiés.
Refr. :             Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur !
 
9bc Quant à l’orphelin et à la veuve, il les embrasse
et rend tordu le chemin des méchants.
10ab Il règne, Yhwh, pour toujours,
ton Dieu, ô Sion, pour génération et génération.
Refr. :             Chante, ô mon âme, la louange du Seigneur !

> testo integrale (pdf)

> Formazione biblica