Eucharistie: 14 juin 2020

Solennité du corps et du sang du Christ

______________________________________________________________________________________________

Eucharistie: 14 juin 2020

Première lecture
‘Deutéronome’ est un mot grec ; il signifie ‘seconde loi’. C’est le titre qu’on a donné au cinquième livre de l’Ancien Testament. En effet, la ‘première loi’, écrite dans le livre de l’Exode, est ici ré-écrite sous forme de prédication . En effet, le Deutéronome se présente comme une prédication faite par Moïse qui évoque l’histoire d’Israël dès la sortie de l’Égypte et jette un regard vers l’avenir.
De ce texte, la page que nous allons lire ce matin nous rappelle d’abord ce que Dieu a accompli pour son peuple dans le désert. Le Seigneur a éduqué son peuple en le confrontant aux difficultés, tout en lui fournissant les moyens de subsister, comme un père le fait pour ses enfants . Le texte fait référence au niveau familial : d’ici la tournure « éduquer à l’obéissance » sur laquelle le texte insiste. Et cette obéissance n’est pas à un ordre arbitraire, à un ordre quelconque. C’est l’obéissance à la seule parole qui nous fait vivre ! En effet, à Israël et à chacun de nous, le texte rappelle « une chose : que l’être humain ne vit pas de pain seulement, l’être humain vit de tout ce qui sort de la bouche de Yhwh» (v. 3).
Si la première partie du texte commençait avec l’impératif « Souviens-toi de tout le chemin que Yahvéh, ton Elohim, t’a fait parcourir », la seconde partie est une invitation à ne pas oublier : « Veille à ne pas oublier Yhwh ton Elohim ». Et, parmi ce qu’il ne faut pas oublier, le texte mentionne – un peu comme dans un chant – quatre actions accomplies par le Seigneur : la libération d’une maison d’esclavage, le soutien donné dans la traversée du désert, le don de l’eau et de la manne.
Voilà comment le Deutéronome invitait à vivre après l’exil : à ne pas oublier les dons que Dieu avait faits à son peuple en le guidant vers la liberté et en l’accompagnant dans ses dangers.
Et cette invitation vaut aussi pour nous : à travers Jésus, Dieu nous libère de toute forme d’esclavage, il nous donne l’eau de la vie, il nous donne une nourriture bien plus surprenante que la manne : le corps même du Christ. Accueillons donc ces dons d’un cœur reconnaissant et fidèle .

 

Lecture du livre du Deutéronome (8,2-3 et 14b-16a)

Moïse disait au peuple d’Israël : « 2 Souviens-toi de tout le chemin que Yahvéh, ton Elohim, t’a fait parcourir pendant ces quarante années dans le désert. Il t’a éduqué à l’obéissance ; il voulait te mettre à l’épreuve, pour savoir ce qu’il y a dans ton cœur, pour voir si tu prends soin ou non de ses commandements. 3 Il t’a éduqué à l’obéissance, il t’a fait sentir la faim et il t’a donné à manger la manne. Toi, tu ne la connaissais pas et tes ancêtres ne l’ont pas connue. De cette façon, Yhwht’a fait connaître une chose : que l’être humain ne vit pas de pain seulement, l’être humain vit de tout ce qui sort de la bouche de Yahvéh.

14b Veille à ne pas oublier Yhwhton Elohim. C’est lui qui t’a fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. 15 C’est lui qui t’a fait marcher dans le désert grand et terrible, peuplé de serpents brûlants et de scorpions, terre de sécheresse et de soif. C’est lui qui pour toi a fait jaillir l’eau du rocher le plus dur. 16a C’est lui qui, dans le désert, t’a donné à manger la manne que tes pères ne connaissaient pas ».

Psaume
Le psaume 147 a probablement été composé vers la fin du cinquième siècle avant Jésus Christ. C’est l’époque pendant laquelle Jérusalem, un siècle après la fin de l’exil à Babylone, connaît un mouvement de reconstruction au niveau des bâtiments et surtout du tissu social. Mais notre psaume considère la reconstruction en cours comme le résultat de l’intervention de Dieu lui-même.
Le psaume se compose de trois parties. La première (vv. 1-6) nous invite à chanter à Dieu parce qu’il rebâtit Jérusalem, rassemble les exilés et « guérit les personnes brisées dans le cœur ». La toute-puissance de Dieu s’exerce dans le ciel, jusqu’aux étoiles, mais aussi sur terre, dans la société.
La deuxième partie (vv. 7-11) invite à chanter à Dieu parce qu’il agit dans la création à travers les cycles de la nature, en donnant la pluie qui permet aux végétaux de germer à nouveau. Dieu prend soin de la nourriture du gros bétail et aussi des petits oiseaux, littéralement des « fils » du corbeau qui crient leur faim et qui « appellent ». Si Dieu prend soin des petites créatures, à plus forte raison il prend soin des hommes et des femmes qui l’appellent, de ceux et celles « qui le respectent et mettent leur espoir dans son amour » (v. 11).

 

De la troisième partie (vv. 12-20), nous lirons trois strophes.
* La première est encore une invitation à louer Dieu. Mais cette fois l’invitation est adressée directement à Jérusalem. Et la ville est présentée comme une femme et les habitants comme les « fils » (v. 13) qu’elle a engendrés et qui vivent dans son intimité. Et Dieu ? Dieu est celui qui protège cette femme et ses enfants. Dieu est le Dieu de cette femme et mère. Il est – ainsi dit le poète – ton Dieu, « ton Elohim ».
* Dans la deuxième strophe, Dieu est celui qui veut ta paix et qui assure ta nourriture à travers la succession des saisons : l’hiver et l’été. Mais Dieu ne se limite pas à nourrir : à sa famille aimée et à toute la terre, il envoie aussi sa parole. Le poète nous dit : « à toute vitesse court sa parole » (v 15).
* Enfin la dernière strophe. Après avoir souligné le rôle de la parole au niveau de la nature et de la terre, le poète évoque « les paroles » (v. 19) au pluriel, les paroles que Dieu a adressées au peuple d’Israël. En choisissant Israël parmi les peuples, Dieu permet à Israël et aux autres peuples de connaître et de mettre en œuvre « ses normes de droit ». C’est ainsi qu’on aura la paix et que Dieu sera vraiment glorifié dans le monde.
Quant à nous, ce matin, les paroles du psaume nous rappellent en particulier un « fils » de Jérusalem, Jésus. C’est à travers lui que Dieu veut établir la paix dans le monde. C’est lui qui est « la fleur du froment » qui nous rassasie maintenant et pour toujours. D’ici notre refrain, à la fin de chaque strophe :
Glorifie le Seigneur, Jérusalem,
il est le prince de la paix et le froment qui nous rassasie.

Psaume 147 (versets 12-13, 14-15, 19-20)
12 Fais l’éloge, Jérusalem, de Yhwh,
loue ton Elohim, ô Sion.
13 Car il a renforcé les verrous à tes portes,
il a béni tes fils dans ton intimité.
Refr. :  Glorifie le Seigneur, Jérusalem,
il est le prince de la paix et le froment qui nous rassasie.

 

14 Il établit la paix dans ton territoire,
de la fleur du froment, il te rassasie.
15 Celui qui envoie sa voix sur la terre,
à toute vitesse court sa parole.
Refr. :  Glorifie le Seigneur, Jérusalem,
il est le prince de la paix et le froment qui nous rassasie.

19 Il annonce ses paroles à Jacob,
ses décrets et ses normes de droit à Israël.
20 Il n’a pas fait ainsi pour toutes les nations,
elles n’ont pas connu ses normes de droit.
Louez Yah, intensément !
Refr. :  Glorifie le Seigneur, Jérusalem,
il est le prince de la paix et le froment qui nous rassasie.

[ …]

> testo integrale (pdf)
> Formazione biblica