Eucharistie : 29 juin 2020

Saints Pierre et Paul

______________________________________________________________________________________________

Eucharistie : 29 juin 2020

Première lecture
La première lecture de ce matin est une page du seconde livre de Luc, les Actes des apôtres. A la fin du chapitre 11, Luc évoquait la solidarité des chrétiens d’Antioche qui s’engageaient pour la communauté de Jérusalem qui vivait une période de pauvreté et de faim. Et, dans la page de ce matin, Luc nous présente la communauté chrétienne de Jérusalem menacée par les Juifs et par le roi Hérode Agrippa I, que Luc appelle tout simplement Hérode. Ce roi Erode est le fils d’Aristobule et petit-fils d’Hérode le grand, celui qui avait décidé le massacre des enfants au moment de la naissance de Jésus. Ce Hérode Agrippa I, il ne faut pas le confondre avec son oncle Hérode Antipas, le roi qui avait tué Jean le Baptiste et qui avait collaboré avec Pilate au moment de la condamnation de Jésus .
Hérode Agrippa I, depuis son enfance, avait vécu à Rome avec des richesses et des dépenses qui le réduisirent en pauvreté. Ses relations avec les empereurs romains ont connu des hauts et des bas. Il a été aussi emprisonné ; ensuite, de l’empereur Caligula il reçut une couronne d’or qu’il déposa au temple de Jérusalem. Et à Jérusalem, entre les années 41-44, il se lia avec les pharisiens et il s’opposa durement à la jeune communauté chrétienne . Et la page de ce matin nous rappelle son hostilité par rapport aux chrétiens : « le roi Hérode mit la main sur certains membres de l’Église pour leur faire du mal. Il fit mourir par l’épée Jacques » (vv. 1-2). C’est la seconde vague de persécution qui s’abat sur l’Église de Jérusalem, après celle qui avait suivi la lapidation d’Etienne. Mais jusque-là, à différence des autorités religieuses et des Sadducéens, le peuple n’avait témoigné que de l’estime pour la communauté chrétienne . Et ce changement des Juifs explique aussi la seconde décision d’Hérode Agrippa : « quand il vit que cela plaisait aux Juifs, il fit encore arrêter Pierre » (v. 3).
Dans ce contexte de violence, le récit des Actes continue en nous présentant la seule mesure prise par la communauté chrétienne : elle se donne à la prière « une prière ardente de l’Église montait sans relâche vers Dieu pour lui » (v. 5).
Quant à Pierre, même lorsque la situation va se précipiter, il n’est pas préoccupé de ce que

le roi et le peuple vont décider : en effet, « cette nuit-là, Pierre était en train de dormir entre deux soldats. Il était lié par deux chaînes et des sentinelles devant la porte gardaient la prison » (v. 6). Et, dans cette phrase, l’indication temporelle « cette nuit-là » évoque la nuit pascale, la nuit lorsque Dieu fait sortir son peuple de l’Égypte. Et plusieurs indices renvoient au récit de l’Exode : la nuit (Ex 12,8), l’ange qui ordonne de se ceindre et de chausser ses sandales (comme en Ex 12,11) ; et la tournure « arracher de la main d’Hérode » (v. 11) évoque celle de l’Exode : « arracher de la main de Pharaon » (Ex 18,8.10) .
Par rapport à l’événement de l’Exode, dans le récit des Actes il y a une redistribution des rôles. L’action de Dieu c’est au profit de Pierre, mais l’ennemi dont il est arraché n’est autre chose que « le peuple des Juifs », bénéficiaire – dans le passé – de la protection de Dieu. Et à la fin du récit, Pierre, en prenant conscience de ce qu’il a vécu, ne peut que reconnaître avec reconnaissance et déclarer : « Maintenant je sais vraiment que le Seigneur a envoyé son ange, et qu’il m’a arraché de la main d’Hérode et de tout ce que le peuple des Juifs attendait ». C’est ainsi, dans la proximité de la Pâque (v. 4), que Pierre célèbre sa vraie Pâque, la libération de l’esclavage, de la persécution et du mal .

Lecture des Actes des apôtres (12,1-11)
1 En ce temps-là, le roi Hérode mit la main sur certains membres de l’Église pour leur faire du mal. 2 Il fit mourir par l’épée Jacques, le frère de Jean. 3 Puis, quand il vit que cela plaisait aux Juifs, il fit encore arrêter Pierre. C’était pendant les jours des Azymes, des Pains sans levain. 4 Hérode le fit donc saisir et jeter en prison, et il chargea quatre groupes de quatre soldats de le garder. Il voulait le faire comparaître devant le peuple après la Pâque. 5 Pierre était donc gardé dans la prison ; mais une prière ardente de l’Église montait sans relâche vers Dieu pour lui.
6 Quand Hérode était sur le point de le faire comparaître, cette nuit-là, Pierre était en train de dormir entre deux soldats. Il était lié par deux chaînes et des sentinelles devant la porte gardaient la prison. 7 Et voici : un ange du Seigneur survint et une lumière brilla dans le local. Frappant le flanc de Pierre, l’ange le réveilla ; puis il dit : « Lève-toi vite ! » Et les chaînes tombèrent de ses mains. 8 L’ange lui dit : « Mets ta ceinture et attache tes sandales ». Et Pierre fit ainsi. L’ange lui dit : « Enveloppe-toi de ton manteau, et suis-moi ». 9 Pierre sortit (de la prison) et le suivit. Il ne savait pas que l’intervention de l’ange était réelle, mais il pensait avoir une vision. 10 Ils passèrent le premier poste de garde, puis le second et arrivèrent à la

porte de fer qui donne sur la ville. Cette porte s’ouvrit d’elle-même devant eux et ils sortirent. Ils s’avancèrent dans une rue et, tout à coup, l’ange quitta Pierre. 11 Pierre, revenu à lui-même, dit : « Maintenant je sais vraiment que le Seigneur a envoyé son ange, et qu’il m’a arraché de la main d’Hérode et de tout ce que le peuple des Juifs attendait »

Psaume
Le psaume 34 a été composé après le retour de l’exil et la reconstruction du temple qui avait été détruit par les Babyloniens.
Dans le premier verset, qu’on ne lira pas ce matin, le poète fait d’abord référence à David. David, menacé par Saül, prend la fuite en allant vers l’ouest et arrivant à la ville de Gath. Mais à Gath, l’entourage du roi de la ville le reconnaît comme celui qui avait fait trembler les Philistin . Étant reconnu, David a peur, il fait donc semblant d’être fou, et le roi de Gath le fait partir (1 Sam 21,11-16).
Dans ce départ de David, dans cette libération surprenante, le poète voit un signe de la bonté de Dieu envers les personnes persécutées et souffrantes . En effet, le poète a fait lui-même cette expérience de Dieu qui libère de la peur. Et il la raconte dans la première partie du psaume (vv. 1-11), précisément au centre de cette partie : « J’ai cherché Yahvéh, et il m’a répondu, et il m’a délivré de toutes mes craintes » (v. 5). Mais, avant d’évoquer cette expérience personnelle, le poète en remercie Dieu, à tout instant , et invite les humbles, les petits gens, à se réjouir avec lui et à chanter à Dieu (vv. 2-4). Ensuite, toujours dans la première partie du psaume, le poète va montrer que son expérience personnelle est aussi celle des pauvres, des personnes qui mettent en Dieu leur confiance. En effet : ceux qui lèvent les yeux vers Dieu « rayonnent de joie et leur visage n’a plus à rougir » (v. 6). D’ici son invitations : « Goûtez et voyez qu’il est bon Yahvéh » (v. 9).
Quant à nous, en écoutant cette première partie du psaume, nous pouvons intervenir en reprenant les mots du v. 5. Cette libération chantée par le poète du psaume s’accomplit aussi pour Pierre et aussi pour nous. En effet, le Seigneur nous délivre de toutes nos peurs. Notre refrain sera donc :

          Yhwh m’a délivré de toutes mes craintes.

Psaume 34 (versets 2-3. 4-5. 6-7. 8-9)
1 Référé à David. Devant le roi Abimélek, David fait semblant d’être fou
et Abimélek le chasse. Et David s’en va.

2 Je veux remercier Yhwh à tout instant,
ma bouche chantera toujours sa louange.
3 En Yhwh se glorifiera mon âme,
qu’ils écoutent, les humbles, et qu’ils se réjouissent.
Refr. :             Yhwh m’a délivré de toutes mes craintes.

4 Dites avec moi : « Yhwh est grand ! »,
chantons tous ensemble son nom.
5 J’ai cherché Yhwh, et il m’a répondu,
et il m’a délivré de toutes mes craintes.
Refr. :             Yhwh m’a délivré de toutes mes craintes.

6 Ceux qui lèvent les yeux vers lui rayonnent de joie
et leur visage n’a plus à rougir.
7 Voilà un pauvre qui a crié au secours : Yhwh l’a entendu
et l’a sauvé de toutes ses détresses.
Refr. :             Yhwh m’a délivré de toutes mes craintes.

8 Le messager de Yhwh monte la garde autour de ses fidèles,
et il les libérera.
9 Goûtez et voyez qu’il est bon Yhwh:
bonheur pour l’homme fort qui s’abrite en lui.
Refr. :             Yhwh m’a délivré de toutes mes craintes.

[ …]

> testo integrale (pdf)
> Formazione biblica