Eucharistie 5 juillet 2020

« Ton roi vient à toi, lui, humble et doux » (Za 9,9)
Apprendre de celui qui est doux et non-violent

______________________________________________________________________________________________

Eucharistie : 5 juillet 2020 : 14ème Dimanche du Temps Ordinaire — Année A

Première lecture
Zacharie – son nom signifie ‘Dieu se souvient’ – était un prophète actif vers les années 520. C’était lorsqu’à Jérusalem, après l’exil à Babylone, on reconstruisait le temple. Et Zacharie encourageait la communauté dans cette reconstruction.
Plus tard, vers les années 300, au livre de ce prophète on a ajouté des textes différents . Ces textes parlent de l’avenir, lorsque Dieu fera venir le messie. Et la page de ce matin souligne que le messie sera un roi bien différent par rapport aux rois qu’Israël a connus dans son histoire et différent aussi par rapport à Alexandre le Grand, ce souverain qui, venant de la Macédoine, s’est imposé sur toute la Grèce, la Turquie, la vallée du Jourdain et l’Égypte.
Le prophète commence sa page avec une double invitation : à Sion et à Jérusalem. Il les interpelle comme jeune femme, comme jeune fille, « bat Ziôn » et « bat Ierûshalaim » en hébreu, donc « Sion, la belle », « Jérusalem la belle » .
Sion, et plus globalement toute Jérusalem, est invitée à se réjouir parce que son roi arrive. Il est un roi juste, soutenu et sauvé par Dieu . Il est aussi « pauvre » (v. 9), nous dit le texte hébreu, « humble et doux », nous disent les Grecs . L’humilité et la douceur de ce roi sont dans la ligne de celle de Moïse, « homme humble et doux, intensément, plus que tout humain sur la terre » (Nu 12,3) . En effet, le roi annoncé dans la page de ce matin est un homme qui ne réagit pas à la violence avec violence.
A travers ce roi – nous dit le verset 10 – c’est Dieu lui-même qui va intervenir : « Je retrancherai d’Éphraïm les chars de guerre et de Jérusalem les chevaux (de combat) ; les arcs de guerre seront retranchés ». Oui, Dieu va intervenir pour détruire tous les instruments de guerre et de violence, les chars de guerre, les chevaux de combat, les arcs qu’on utilise pour tuer. Israël tout entier – les tribus du nord (Éphraïm) et celles du sud – n’aura plus d’armes. Et ce roi non-violent s’engagera aussi pour les autres peuples : « Il proclamera la paix pour les nations », en Palestine et « jusqu’aux extrémités de la terre ».

Du livre du prophète Zacharie (9,9-10)
9 Sois dans l’allégresse, intensément, Sion la belle !
Crie de bonheur, Jérusalem la belle !
Voici : ton roi vient à toi, juste et soutenu par Dieu,
lui, humble et doux, et monté sur un âne,
sur un ânon, le petit d’une ânesse.

10 « Je retrancherai d’Éphraïm les chars de guerre
et de Jérusalem les chevaux (de combat) ;
les arcs de guerre seront retranchés ».

Il proclamera la paix pour les nations,
et sa domination s’étendra de la mer à la mer,
depuis le Fleuve jusqu’aux extrémités de la terre.

Parole du Seigneur.

Psaume
Le psaume 145 est parmi les psaumes les plus récents de la Bible . L’exil de Babylone est terminé il y a des siècles et le poète est capable de regarder à Dieu comme le créateur et le roi de l’humanité entière. C’est à lui que tous les peuples doivent s’adresser. C’est de lui que les peuples doivent apprendre à se comporter selon justice et à prendre soin surtout des personnes les plus faibles.
Ce message, le poète le structure en plusieurs strophes. Quant à nous, ce matin, nous en lirons seulement quatre.
Dans la première (vv. 1-2), le poète exprime sa volonté de louer Dieu constamment. Il s’adresse à Dieu qu’il considère comme « Roi », et il lui dit « mon Elohim », c’est-à-dire « mon Dieu ». Et le possessif « mon » évoque ici la relation intime, très intime, qui l’unit à Dieu. Le poète veut « bénir » Dieu, il veut donc le glorifier, le célébrer parce qu’il se manifeste comme sauveur jour après jour. D’ici le projet du poète : bénir et louer Dieu « pour toujours et à jamais ».
Dans la deuxième strophe (vv. 8-9), l’accent est sur la tendresse et l’amour que Dieu a pour tous. Dieu est celui qui pardonne, car – nous dit le poète – il est « lent à la colère et grand d’amour ». Oui, Dieu est « bon », « tov » en hébreu, il est bon « envers tous » et ses tendresses

(le mot est au pluriel!) « sont sur toutes ses œuvres ».
Dans la troisième strophe (vv. 10-11), tous les fidèles et toute la création sont invités à faire comme le poète, à bénir Dieu, à célébrer la gloire de son « royaume », à raconter ses « exploits », ses interventions qui sauvent.
La dernière strophe (vv. 13cd-14) que nous allons lire ce matin est attestée d’une façon incomplète dans les manuscrits hébraïques, mais nous a été conservée entièrement dans les anciennes traductions en grec, en latin et en syriaque .
Dans cette strophe, le poète évoque la fidélité de Dieu dans ses paroles, dans ses promesses, et « dans toutes ses œuvres ». Cette fidélité de Dieu apparaît surtout dans les soins que Dieu apporte en particulier aux personnes les plus faibles : « Yahvéh soutient tous ceux qui tombent, et redresse tous ceux qui sont courbés ».
Ces soins et cette prédilection que Dieu a pour nous – qui sommes des femmes et des hommes qui tombent et sont courbés – nous poussent à réagir comme le poète du psaume et à dire avec lui :

Mon Dieu, mon Roi,
je bénirai ton nom toujours et à jamais !

Psaume 145 (versets 1-2, 8-9, 10-11, 13cd-14)
1 Je t’exalterai, mon Dieu, ô Roi,
et je bénirai ton nom, pour toujours et à jamais.
2 Chaque jour je te bénirai,
et je louerai ton nom, pour toujours et à jamais.
Refr. :  Mon Dieu, mon Roi,
je bénirai ton nom toujours et à jamais !

8 Plein de pitié et tendre est Yhwh,
lent à la colère et grand d’amour.
9 Bon est Yhwh envers tous,
et ses tendresses sont sur toutes ses œuvres.
Refr. :  Mon Dieu, mon Roi,
je bénirai ton nom toujours et à jamais !

10 Qu’elles te rendent grâce, Yhwh, toutes tes œuvres,

et que tes fidèles te bénissent !
11 La gloire de ton royaume, qu’ils la disent,
et tes exploits, qu’ils les racontent.
Refr. :  Mon Dieu, mon Roi,
je bénirai ton nom toujours et à jamais !

13cd Vrai est Yhwh dans ses paroles,
et fidèle dans toutes ses œuvres.
14 Yhwh soutient tous ceux qui tombent,
et redresse tous ceux qui sont courbés.
Refr. :  Mon Dieu, mon Roi,
je bénirai ton nom toujours et à jamais !

[ …]

> testo integrale (pdf)
> Formazione biblica