Associazione Biblica della Svizzera Italiana | eucharistie-1-juin-2014_cont
eucharistie-1-juin-2014_cont

Au centre de la prière de Jésus il y a le verbe « glorifier » et le mot « gloire ». Et derrière ces termes, il y a deux dimensions. La glorification est d’abord reconnaissance et approbation, mais aussi manifestation. L’Evangile parle d’une glorification réciproque entre Père et Fils. En effet, le Père est invité à reconnaître le Fils et à agir à travers lui ; c’est ainsi que le Fils révélera l’amour du Père dans le monde.

Jésus évoque cette glorification à la veille de sa mort et en parlant de sa mort. Il demande au Père de glorifier son Fils et de faire de sa mort non pas l’espace de son absence et de son silence, mais de sa présence active, sa présence qui révèle Dieu6.

La vie et la mort de Jésus révèlent le Père. Mais cette révélation n’est pas quelque chose de théorique. Il s’agit d’une communication de vie, de vie éternelle. Le Fils va donner la vie éternelle aux personnes que le Père lui a confiées (v. 2). « Et la vie éternelle – nous dit l’Evangile – c’est te connaître, toi, le seul vrai Dieu, et connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ » (v. 3).

Quant au verbe « connaître », nous ne devons pas nous tromper. Dans la langue de Jésus et de la Bible, ce verbe exprime la relation la plus profonde et personnelle, une relation intime comme celle qui unit un couple qui s’aime.

Et la dernière partie du texte revient sur cette relation : « J’ai manifesté ton nom aux personnes que tu as prises du monde et que tu m’as confiées » (v. 6). Pour les croyants, il y a eu une rupture : ils étaient liés au monde. Mais Jésus leur a manifesté le Père, son nom, c’est-à-dire sa personne. Et les croyants ont répondu au Père et à son amour. C’est ainsi que le Père les a pris du monde : ils vivent désormais une relation totalement nouvelle, une relation intime avec le Fils. Ils sont des personnes « confiées » au Fils. Et du Fils elles ont gardé – d’une façon définitive – la parole.

Bref : la communauté chrétienne naît de la parole et vit de son attachement à cette parole7. Ailleurs dans l’Evangile Jésus invite les disciples à garder sa parole8. Mais ici, et seulement ici, Jésus voit cet attachement des disciples à la parole comme un fait déjà réalisé, définitif.

De l’Evangile selon Jean (17,1-8)

1 Aux disciples, il parla ainsi. Ensuite, en levant ses yeux vers le ciel, Jésus dit : « Père, l’heure est venue, définitivement. Glorifie ton Fils, afin que ton Fils te glorifie. 2 Tu lui as donné le pouvoir sur tous les êtres humains, pour qu’il donne la vie éternelle à ceux que tu lui as confiés.

3 Et la vie éternelle, c’est te connaître, toi, le seul vrai Dieu, et connaître celui que tu as envoyé, Jésus Christ. 4 Moi, je t’ai glorifié sur la terre, j’ai accompli l’œuvre que tu m’as donnée à faire. 5 Et maintenant, glorifie-moi, Père, auprès de toi-même, de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde existe.

6 J’ai manifesté ton nom aux personnes que tu as prises du monde et que tu m’as confiées. Elles étaient à toi, tu me les as confiées, et elles ont gardé – d’une façon définitive – ta parole. 7 Maintenant ils savent que tout ce que tu m’as donné vient de toi. 8 En effet, je leur ai donné les paroles que tu m’as données. Ils les ont reçues. Ils ont vraiment reconnu que je suis venu de toi et ils croient que tu m’as envoyé.

Prière d’ouverture
Ô Père, toi qui, en nous, tu as fait resplendir le visage de ta puissance infinie,
donne-nous d’être fidèles à ta justice.
C’est ainsi que nous pouvons être un signe d’espoir
et de louange, une louange dans la joie, pour tous les humains.9
[David Maria Turoldo, prêtre et poète, Italie : 1916-1992]

Prière finale
Voilà ce que nous te demandons:
que tu fasses resplendir sur nous ton visage, ton image,
celle qui est toujours restée, pour ainsi dire,
dans les ténèbres de tes mystères.
Et si tu ne fais pas resplendir sur nous ton visage,

nous ne pouvons pas connaître ton chemin.
Voilà pourquoi le psaume (Ps 67,4) dit:
« Afin que nous puissions connaître sur la terre ton chemin »,
afin que ta majesté, qui est connue dans les cieux,
soit aussi connue sur la terre,
afin que les humains puissent t’adorer sur la terre
comme les anges au ciel.
Et que les peuples puissent se réjouir et crier de joie.
Que puissent se réjouir car tu juges les peuples
avec impartialité et droiture.
Tu ne fais pas de préférences pour un peuple,
mais tu es le Dieu de tous les peuples.
Tu n’accueilles pas seulement Israël,
tout le monde est à toi10.[Origène, bibliste : Alexandrie d’Egypte, 202-253]
———————————————————

6 Cf. J. Zumstein, L’Evangile selon saint Jean (13-21), Labor et fides, Genève 2007, p. 165.
7 Ibid., p. 172.
8 Cf. Jn 8,51 (« si quelqu’un garde ma parole, il ne verra jamais la mort »)
et 14, 23 (« Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, et mon Père l’aimera;
nous viendrons à lui et nous ferons notre demeure auprès de lui »).
9 D. M. Turoldo – G. Ravasi, « Lungo i fiumi ». I salmi. Traduzione poetica e commento,
 San Paolo, Cinisello Balsamo 1987, p. 225.
10 I Salmi commentati dai Padri della Chiesa, a cura di B. Capalbo,
Paoline, Milano, 2000, p. 185s.

 
> testo in pdf

> inizio pagina
> Lectures pour l’Afrique …